Risques élevés de grippe aviaire : mesures préfectorales

Alerte

Suite à la découverte d'un foyer de grippe aviaire en Haute-Corse, l'ensemble du territoire métropolitain a été placé par arrêté ministériel du 16/11/2020 en risque élevé vis-à-vis de l'influenza aviaire à partir du 17 novembre 2020.

De ce fait, des mesures de biosécurité renforcées s'appliquent désormais à tout le département du Puy-de-Dôme.

Après plusieurs pays du Nord de l’Europe, un premier foyer d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de souche H5N8 a été détecté en Haute-Corse. Le cas a été identifié dans le rayon animalerie d’une jardinerie située à proximité de Bastia, suite à la constatation de mortalités anormales parmi les volailles détenues. Les premiers éléments d’analyse de la souche H5N8 isolée en Corse montrent une similitude avec l’une des souches qui circule actuellement aux Pays-Bas, laquelle n’a pas de caractère zoonotique (non transmissible à l’homme).

Cet évènement a pour conséquence le placement par arrêté ministériel du 16/11/2020 de l'ensemble du territoire métropolitain au risque élevé vis-à-vis de l'influenza aviaire à partir du 17 novembre 2020.

De ce fait, des mesures de biosécurité renforcées s'appliquent désormais à tout le département du Puy-de-Dôme, à savoir :

- la claustration de toutes les volailles afin d'éviter la diffusion du virus ou à défaut l'application des filets de protection avec réduction des parcours extérieurs. Des dérogations existent pour les élevages professionnels ; instruites par la DDPP (direction départementale de la protection des populations) suite à la visite de vétérinaires libéraux mandatés, elles ne s'appliquent pas aux basses-cours des particuliers.

- l’interdiction de l’organisation de rassemblements d'oiseaux (foire, exposition, marché,...). La DDPP ne délivrera à ce titre aucune dérogation ;

- l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes ;

- l’interdiction de l’utilisation d'appelants pour la chasse.


Ces mesures ont pour but de protéger les volailles domestiques d'une potentielle contamination qui aurait des conséquences désastreuses pour les échanges et exportations d'animaux vivants et de viandes de volailles et, en cas de déclaration chez un détenteur, une élimination de tous les animaux présents.

Pour en savoir plus : https://agriculture.gouv.fr/tout-ce-quil-faut-savoir-sur-linfluenza-aviaire